Visite dans un hospice. Pour E.G. Ein Gedicht aus dem Jahr 2007

Il a 76 ans.
Il a deux bonnes rentes.
Il a le droit de
Visiter des paradis artificiels.

Il n’a pas le droit de
Mourir.
Car il est nourri
Artificiellement.

Il porte des couches.
Il se trouve dans
Un lit d’enfant avec
Télécommande.
Depuis des années.

Il écarquille les yeux
Deux fois par jour.
Il regarde n’importe où,
Où il ne se trouve personne,
Où il ne se trouve rien.

J’en parle avec
Émil M. Cioran.
Il m’encourage:

« Comment ne pas se tourner alors vers la poésie?
Elle a – comme la vie – l’excuse de ne rien prouver. »
(Emil M. Cioran : Précis de décomposition)

Advertisements

Schlagwörter:

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s


%d Bloggern gefällt das: